30/09/2010

Cousoude - Borraginacées

consoude 1.jpg

Cette plante, aussi localement appelée langue-de-vache, est riche en calcium, potassium et phosphore aide à la cicatrisation des os comme des tissus. Elle possède en effet un taux élevé d'allantoïne, substance qui stimule la reproduction cellulaire. La consoude est une plante herbacée vivace robuste cultivée dans de nombreux pays. Les feuilles d'un vert prononcé, sont rugueuses et velus. Elles sont beaucoup plus riches en protéines que celles des autres plantes. La racine pivotante peut atteindre plusieurs mètres de longueur pour pouvoir chercher en profondeur minéraux et humidité qui nourriront les feuilles et les fleurs. Comme elle ne manque pas d'allure, elle trouve sans mal sa place dans les plates-bandes et les massifs de tout jardin. Ses fleurs en forme de clochettte d'un joli mauve, égaient le printemps.

USAGE :

- La racine s'applique en cataplasme sur les contusions, les bleus et les petites fractures ne nécessitant pas de plâtre.

- En onguent, la consoude soulage les inflammations cutanées, les hémorroïdes (qu'on peut traiter aussi par une infusion de feuilles ajoutée à l'eau du bain).

- Le thé et l'infusion de feuilles séchées soulagent les ulcéres gastriques et les maux de gorge. Mais de récentes études montrent qu'il est dangereux de consommer ces breuvages en trop grandes quantités.

RECOLTE :

- Cueillez les feuilles et les fleurs entre août et septembre, les racines dès octobre-novembre.

CONSERVATION :

- Lavez et faites sécher les racines. Faites sécher les feuilles.

ATTENTION :

- Des tests ont montré que la consoude contient des alcaloïdes. Ces derniers endommagent, à forte dose, le foie. Mieux vaut donc limiter l'usage de la consoude aux embrocations et cataplasme (s'abstenir de l'appliquer sur une bressure ouverte) et ne pas l'absorber ou la consommer pendant de longues périodes.

 

Het Witte Elfenheksje

consoude 2.jpg

Symphytum officinale - Boraginaceae

17/09/2010

Ficaire - Renonculacées

 

ficaire 2.jpg

 

Les fleurs de la ficaire ressemblent à celles du bouton d'or mais possèdent toutefois davantage de pétales et moins de sépales. Ses feuilles imitent celles du lierre. C'est une plante vivace qui aime les sols frais et riches. Bien qu'elle forme de beaux tapis fleuris, elle est souvent considérée comme une mauvaise herbe dans les jardins où elle occupe le terrain en attendant que d'autres plantes prennent le relais. Ses fleurs se ferment par temps couvert.

USAGES :

- Les feuilles s'utilisent dans des préparations pharmaceutiques comme décongestionnant.

- La ficaire était autrefois réputée pour traiter les verrues.

- Ses boutons floraux, riches en vitamine C étaient consommés pour lutter contre le scorbut, mais sans excès en raison d'une certaine toxicité.

- Toutes les renonculacées sont toxiques, mais une fois séchée la ficaire devient à peu près inoffensive.

- Employée en compresses, à raison d'une décoction de 40 grammes de feuilles par litre d'eau, elle soulage hémorroïdes et varices.

ATTENTION :

- Toutes les renonculacées sont toxique, la ficaire n'échappe pas à la règle qui recèle autant de molécules infréquentables dont la protoanémonine, une substance provoquant de violentes contractions musculaires, des coliques sanglantes, des troubles respiratoire et cardiaques et autres joyeusetés. Je vous conseille donc de ne pas en récolter.

 

Het Witte Elfenheksje

ficaire 1.jpg

Ranunculus ficaria - Renonculaceae