21/09/2010

Pâquerette - Composées

paquerette 1.jpg

La pâquerette est l'une de nos fleurs les plus connues et les plus communes. Elles poussent en colonies et forment parfois d'immenses tapis durant de longs mois. Son nom scientifique veut dire "beau". C'est une jolie fleur qui est fréquemment cultivée comme plante ornementale. Les inflorescences des pâquerettes sont des fleurs en languettes blanches sur le pourtour et au centre, de minuscules fleurs en tube jaune d'or serrées les unes contre les autres. Les capitules s'ouvrent tôt le matin et ne se referment qu'au crépuscule. Par temps couvert ou pluvieux, ils restent clos. Mais dès qu'un rayon de soleil apparaît, ils s'ouvrent et s'orientent vers la lumière. La pâquerette est reconnue depuis longtemps pour ses nombreuses vertus médicinales. Les feuilles et les capitules contiennent du tanin, des saponines, du mucilage et une huile essentielle. Tous ces composants en font une plante aux propriétés toniques, dépuratives et expectorantes.

USAGE :

- La pâquerette est connue pour ses vertus anti-inflammatoires et anti-ecchymotiques.

- Elle est aussi efficace pour soulager les contusions et les entorses.

- Sa propriété expectorante aide à soigner les toux et les catarrhes.

- Prise en infusion, elle favorise l'élimination des toxines et des déchets organiques.

- Des pâquerettes ajoutées à l'eau du bain procurent une agréable sensation de fraîcheur.

- Actuellement, elle fait l'objet de recherches pour d'autres usages thérapeutiques, notamment dans le traitement du sida.

RECOLTE :

- Les feuilles se récoltent toute l'année et les capitules presque toute l'année, même s'ils sont rares en hivers.

CONSERVATION :

- Les fleurs et les feuilles peuvent se conserver séchées.

RECETTE :

- Les jeunes feuilles fraîches donnent un goût un peu acidulé aux salades. Utilisez-les en petites quantités car elles ont un arrière-goût légèrement âcre et peuvent irriter la gorge.

- Les feuilles cuites font de bonnes soupes et sont délicieuses accompagnées d'une sauce blanche.

- Les capitules décorent joliment les salades.

- On peut aussi en préparer une boisson en laissant fermenter leur infusion sucrée.

 

Het Witte Elfenheksje

paquerette 2.jpg

Bellis perennis - Compositae

06/09/2010

Pissenlit - Composées

 

pissenlit 1.jpg

 

Le pissenlit est la salade sauvage la plus connue et l'une des meilleures. Le nom populaire de cette plante est du à ses propriétés diurétiques. La plantes entière est un tonique amer aux vertus dépuratives, cholagogues, stomachiques et laxatives. Dans la médecine populaire, on en faisait aussi des emplâtres et des compresses pour soigner l'eczéma et d'autres dermatoses. Les feuilles sont riches en protéines, en provitamine A et en vitamine C. Elles contiennent également des vitamines B1, B2, E et divers sels minéraux. La racine renferme du tanin, de l'inuline, un principe amer et du caoutchouc. Les feuilles sont radicales, longues, découpées en dent de scie. Les grandes fleurs jaunes d'or terminales, solitaires, portées sur une hampe de 10 à 30 cm de mai à septembre. La racine est longue et pivotante de la grosseur d'un doigt, brun rougeâtre à l'extérieur, blanche et laiteuse à l'intérieur. Les fruits sont des akènes oblongs, striés et surmontés d'une aigrette plumeuse permettant l'envol et la diffusion à grandes distances.

USAGE :

- Les feuilles et les racines, employées en infusion et en décoction, sont considérées comme un puissant tonique amer, diurétique, cholagogue et dépuratif.

- l'infusion se prépare avec les feuilles, fraîches ou sèchent, à la dose de 30 à 60 grammes par litre d'eau.

- Pour faire la décoction, ce sont les racines hachées finement que l'on utilise, à raison de 50 à 60 grammes par litre d'eau. On laisse bouillir quelques minutes. L'infusion, comme la décoction, est à pendre dans le courant de la journée . Trois à six tasses, sucrées au miel de romarin.

- Comme dépuratif du sang, on obtient des résultats remaquables quand il s'agit de faire disparaître certains eczémas, furoncles, dartres et autres disgracieux ennuis épidermiques.

- On emploiera le pissenlit avec succès contre la jaunisse, les divers troubles du fois et de la vésiule, les troubles circulatoires, la constipation, le manque d'appétit, l'artériosclérose, le diabète, les maux d'estomac, la goutte, les rhumatismes et la paresse rénale.

- Les fleurs débarrassent les voies respiratoires des mucosités.

RECOLTE :

- Les feuilles se cueillent presque toute l'année, mais elles sont souvent plus tendres et moins amères au début du printemps.

- Les boutons floreaux et les fleurs se ramassent au printemps et en été.

- Récoltez les racines en automne.

CONSERVATION :

- Les feuilles et les racines peuvent être séchées. Le boutons floraux se conservent dans du vinaigre.

RECETTE :

- En cuisine, on utilise surtout les jeunes feuilles du pissenlit. Plus elles sont jeunes, plus elles sont savoureuses et tendres. Les feuilles blanchies et décolorées ont meilleur goût, car elles ont perdu leur amertume. On les mange en salade ou on les ajoute, en petite quantité, dans les sauces ou les potages aux herbes printanières.

- Les racines du pissenlit se mangent bouillies, comme légume.

- Avec les fleurs, on prépare des sirops et des vins.

Het Witte Elfenheksje

pissenlit 2.jpg

pissenlit 3.jpg

Taraxacum officinale - Compositae