07/12/2011

Onagre - Onagraceae

L'onagre est une plante bisannuelle à racine pivotante, de la famille des onagracées. Originaire d'Amérique du Nord, elle pousse souvent spontanément le long des cours d'eau, et dans les endroits ensoleillés, à l'abri du vent. Les feuilles qui se trouvent à la base de la plante sont oblongues et disposées en rosettes, celles de la partie haute sont plus petites et étroitement lancéolées. Les fleurs s'ouvrent le soir et fanent au lever du jour, elles sont jaunes soufre et s'épanouissent à l'aisselle des feuilles caulinaires ( de la tige) entre juillet et septembre. Elle est aussi appelée communément "Belle de nuit" et "Jambon de jardinier" (la racine une fois cuite ressemble et a la même couleur que celle du jambon cuit). Après la floraison vient ensuite le fruit, une capsule contenant plusieurs graines et qui mesure environ 2 à 3 cm. Ce fruit contient des acides gras poly-insaturés qui ralentissent le vieillissement de la peau.

USAGE :

- On utilise l'onagre sous forme de cataplasme, d'infusion ou de décoction.

- On la considère comme un anti-inflammatoire très efficace dans les  d'affections de la peau telles que l'acnè et l'eczèma.

- A partir des graines, on extrait une huile riche en acide gamma-linolénique qui, entre-autres participe à la formation des membranes cellulaires.

- Son huile est utilisée par l'industrie cosmétique.

RECETTE :

- Cette plante est aussi comestible.

- On utilise les racines pour agrémenter les salades et l'huile en tant que condiment.

Het Witte Elfenheksje

 

onagre biannuelle 2.JPG

Onagre bisannuelle - Oenothera biennis

10/03/2011

Pin sylvestre - pinaceae

pin 4.jpg

 

Il y a environ 120 espèces de pinus. Ils sont tous caractérisés par des aiguilles pointues, aromatiques, de différentes longueurs, réunies de 2 à 5. Les fruits des pins sont des cônes formés d'écailles: ce sont les fameuses "pommes de pins". Ils mûrissent généralement en deux ans. Les graines sont enfermées dans le cône. Elles sont souvent ailées, ce qui facilite leur dissémination. Selon les espèces, on utilise différentes parties de l'arbre: les aiguilles, les bourgeons, les graines, les jeunes pousses et la résine se prêtent à divers usages médicinaux. La térébenthine, une huile essentielle résineuse, de couleur jaune clair, est très efficace en inhalations lors de catarrhe bronchique. Appliquée sur la peau, la résine soulage certaines affections cutanées, comme l'eczéma. Les aiguilles fraîches, prises en infusion, sont utilisées pour combattre les rhumatismes. Dotés d'une odeur et d'une saveur très aromatiques, les bourgeons du pin sylvestre se récoltent à la fin de l'hiver lorsqu'ils contiennent la plus grande quantité d'huile essentielle.

USAGE :

- Les aiguilles aromatiques sont expectorantes et antiseptiques.

- En frictions, les huiles essentielles de pins se révèlent efficaces pour relaxer les muscles et les articulations raides ou atteintes de rhumatisme.

- Administrés sous forme de bonbons, les bourgeons sont très efficaces dans les affections des voies respiratoires et les problèmes urinaires et rénaux.

RECOLTE :

- Cueillez les aiguilles et les pousses pendant la saison de croissance et utilisez-les fraîches.

- Le gemmage (la récolte de la résine) se fait en pratiquant des entailles dans le tronc.

CONSERVATION :

- La résine et les bourgeons sont utilisés sous forme d'huile essentielle, d'essence, de bonbon, d'infusion...

RECETTE :

- Les graines de pin pignon "Pinus pinea" sont broyées avec du miel en une sorte de nougat... Un délice !

- Elles servent aussi à la confection de gâteaux.

- En Italie, on les utilise dans le pesto.

ATTENTION :

- L'huile essentielle peut provoquer des allergies cutanées. Son usage à des fins médicinales est réglementé dans certains pays.

Het Witte Elfenheksje

pesto,nougat,resine,aiguilles,bourgeons,gemmage

pesto,nougat,resine,aiguilles,bourgeons,gemmage

Pin sylvestre - Pinaceae

14/02/2011

Lamier blanc - Labiées

lamier blanc 1.jpg

Autrefois, le lamier blanc était appelé "Archangélique" Il est répandu dans de nombreuses régions d'Europe. Il pousse dans les haies, les prairies, les broussailles, le long des chemins et au bord de l'eau. Cette plante vivace pousse souvent à côté de l'ortie dioïque, avec laquelle on la confond d'ailleurs souvent. Les fleurs blanches, bilabiées, sont groupées en verticilles à l'aisselle des feuilles supérieures et fleurissent d'avril - mai à novembre. Les feuilles sont vert vif, opposées, à bord denté et ne sont pas urticantes. Les tiges de section carrée sont creuses. Le lamier blanc est utilisé dans le traitement des problèmes gynécologiques. Il soulage les règles douloureuses et régularise les écoulements sanguins. Grâce à ses propriétés astringentes et dépuratives, la plante soigne les catarrhes bronchiques, les diarrhées, les problèmes hépatiques, la goutte et la cystite.

USAGE :

- En usage externe, une décoction de sommités florales concentrée soulage les hémorroïdes et les varices. On peut aussi l'utiliser pour les lavages en cas de leucorrhée.

- Fais une tisane avec les sommités florales en cas de diarrhées, de problèmes menstruels ou hépatiques.

RECOLTE :

- Ramassez les plantes quand elles sont en fleurs et les feuilles selon les besoins.

CONSERVATION :

- Faites sécher les sommités florales pour en faire des infusions.

RECETTE :

- Les jeunes feuilles peuvent se consommer crues en salade.

- Les feuilles plus âgées sont meilleures cuites en légumes. Leur goût est agréable mais nettement moins savoureux que celui des orties.

- On peut préparer un pain en hachant les feuilles et en les mélangeant à de la farine qu'il faut pétrir longuement pour obtenir une pâte souple. Ensuite, on la laisse lever, puis on la cuit à four chaud dans des moules graissés. Ce délicieux "pain vert" se déguste coupé en belles tranches beurrées.

- Le lamier pourpre (Lamium purpureum, le lamier jaune ( l. galeobdolon) et le lamier tacheté (l. maculatum) sont comestibles et peuvent être cuisinés de la même façon.

 

Het Witte Elfenheksje

lamier jaune 2.jpg

Lamier jaune - L.Galeobdolon - Labiatae

lamier bleu 3.jpg

Lamier pourpre - Lamium purpureum - Labiatae

 

15/01/2011

Ortie dioïque -Urticacées

ortie 1.JPG

L'ortie dioïque pousse en colonies et s'étend rapidement dans un sol riche en azote. Elle est répandue dans toutes les régions tempérées du monde et pousse dans les haies, les friches en lisière des champs. Son som Latin "urere" signifie "brûler". Le pouvoir urticant est dû à la présence d'histamine et d'acétylcholine. L'ortie pique moins lorsqu'elle est mouillée et les poils urticants disparaissent au séchage et à la cuisson. Les tiges dressées sont couvertes de poils urticants, tout comme les feuilles. Les feuilles sont opposées, cordiformes, bordées de dents triangulaires et longuement pétiolées. Les minuscules fleurs verdâtres sont réunies en grappes lâches et pendantes. Les mâles et les femelles se trouvent sur des pieds différents. Elles s'épanouissent de juin à octobre. Considérée comme mauvaise herbe, l'ortie dioïque est cependant utilisée comme plante médicinale depuis l'Antiquité. Ses propriétés thérapeutiques sont nombreuses. Elle est dépurative, tonique, diurétique,antianémique, antiasthmatique, hémostatique. Outre ses vertus médicinales, l'ortie dioïque était utilisée jadis à toutes sortes de fins. Elle servait à fabriquer du papier, des tissus, des voiles, des cordages et des filets de pêcheurs. On utilisaient les racines, qui renferment une matière colorante jaune, et les feuilles, qui donnent un colorant vert, pour teindre les lainages.

USAGE :

- Elle est indiquée en cas de diabète, de rhumatismes et de gouttes.

- Elle régularise les menstruations.

- L'infusion est conseillée pour la vésicule biliaire, le foie, le transit intestinal.

- En gargarisme, elle soulage les maux de gorge.

- En compresse, elle réduit l'acné et l'eczéma.

- La lotion d'ortie est bonne pour nettoyer la peau.

- Un shampooing aux extraits d'ortie lutte contre la séborrhée et la formation de péllicules.

RECOLTE :

- Pour avoir des jeunes feuilles fraîches presque en toutes saisons, coupez régulièrement les tiges lorqu'elles commencent à monter.

- Ramassez les jeunes feuilles au printemps et en été. Récoltez les racines en automne. Portez des gants pour ne pas vous piquer.

CONSERVATION :

- Les plantes entières et les feuilles se conservent séchées. On peut les faire sécher au soleil, dans un four entrouvert ou sur un radiateur.

RECETTE :

- Cuites, elles se préparent en soupe, en soufflé, en gratin, en quiche, en omelette.

ATTENTION :

- Les feuilles et les tiges crues sont irritantes.


Het Witte Elfenheksje

ortie 2.JPG

Urtica dioica - Urticaceae 

 

18/11/2010

Potiron - cucurbitacées

potiron 1.JPG

Le potiron appartient à la famille des Cucurbitacées ainsi qu'une trentaine de variétés rampantes ou grimpantes telles que courges, courgette et gourges. Les potirons ont des formes, des tailles et des couleurs variables. De couleur jaunes à orange, sa chair très savoureuse abrite les graines mêlées à des filaments fibreux. On consomme les graines une fois sorties de leur cosses. Délicieux en soupe, en tarte ou en quiche, le potiron est également renommé en médecine douce. Ses graines, nourrissantes et riches en principes actifs, sont utilisées par les médecins chinois depuis le XVe siècle. Elles ont une action reconnue sur les troubles urinaires, gastriques et intesninaux. Certains la conseillent en guise de vermifuge et, point important, elles peuvent être prescrites à fortes doses même aux enfants et aux femmes enceintes. L'huile extraite des graines peut aussi être utilisée en cuisine, pour les salades.

USAGE :

- La médecine douce emploie graines et huile pour calmer les nausées.

- En vermifuge, vous prendrez une dose de quelques graines ou bien 30 ml d'huile chaque jour, pendant deux semaines.

- Diurétique, les graines soulagent les infections urinaires.

- Riches en zinc, elles amélioreraient les prostatiques chroniques et réduiraient l'adénome de la prostate.

RECOLTE :

- Ramassez les fruits en automne. Recueillez les graines quand le fruit est mûr.

CONSERVATION :

- Les graines sont séchées dans leurs ganses pour un usage médical, écossées pour être mangées.

RECETTE :

- Les graines du potiron se mangent crues ou grillées. On peut en parsemer les salades.

- Riches en vitamines, minéraux et huile, elles ont de nombreux usages. Cuite et relevée d'une pointe d'air, la chair du potiron rapelle la purée carotte-pomme de terre.

- On peut farcir les fleurs du potiron ou les consommer en délicieux beignets.

potiron garniture 3.JPG

Cucurbita maxima -Cucurbitaceae

Het Witte Elfenheksje

09/10/2010

Chicorée sauvage - Astéracées

chicorée 1.jpg

La chicorée sauvage est une plante herbacée vivace, commune le long des chemins et dans les champs incultes. Les tiges sont droites, rameuses, glabres et alternes. Les feuilles sont plus ou moins velues, très découpées à la base. Les inflorescences sont des capitules formées de fleurs ligulées, bleues pâles. La chicorée sauvage, le pissenlit, la laitue sont à la fois des remèdes et des aliments. Les effets de la chicorée sont lents et il faut poursuivre quelques temps avant de ressentir le bénéfice d'une cure. Elle fait merveille comme tonique amer, stomachique, dépuratif, cholagogue, diurétique et laxatif léger. Elle agit de façon bénéfique dans tout les cas d'insuffisance hépatique, de jaunisse et d'engorgement de la vésicule biliaire.

USAGE :

- On ne saurait trop conseiller d'en faire une cure de quelques semaines, pendant la saison, sous forme de salades, mêlée au pissenlit, à la romaine ou à la simple laitue.

- A défaut de pouvoir l'utiliser sous cette forme, on aura recours à l'infusion qui se prépare avec les feuilles, à raison de 30 grammes par litre d'eau. La racine présente les mêmes vertus, aussi bien sèche que fraîchement cueillie.

- En revanche, l'usage de la racine torréfiée, à forte dose, n'est pas recommandable, car pris en grande quantité, elle confère au teint une coloration jaune paille.

- Le sirop de chicorée, vanté autrefois pour ses remarquables propriétés dépuratives, se prépare avec le mélange suivant : Chicorée sauvage, pissenlit, chiendent, fumeterre, scolopendre, bais d'Alkékenge, rhubarbe (proporsions égales). On prépare comme une infusion ordinaire, on laisse infuser vingt-quatre heures, on passe et l'on édulcore avec suffisamment de sirop de canne ou de miel. Cette préparation peut être donnée également aux très jeunes enfants.

RECOLTE :

- Les racines et feuilles se récoltent de mai à juillet.

CONSERVATION :

- Les racines et les feuilles peuvent être séchées.

- Les racines seront torréfiées pour fabriquer un succédané de café.

RECETTE :

- La "barbe de capucin" est une salade obtenue par la mise en forçage de racines de chicorée  sauvage disposées dans des couches de fumier, à l'obscurité, dans une cave. Cette culture s'était beaucoup développée aux environs de Paris au milieu du 19ème siècle.

- La chicorée mélangée au lait est plus digeste que le café.

 

Het Witte Elfenheksje

chicorée 2.jpg

Cichorium intybus - Asteraceae

08/10/2010

Fraisier des bois - Rosacées

fraisier des bois 2.jpg

Le Fraisier des bois est une plante vivace dont la taille varie entre 10 et 30 cm et pousse dans les forêts, sur les coteaux, dans les clairières et au bord des routes, aussi bien en plaine qu'en montagne. En Europe il pousse avec deux espèces apparentées, Fraisier musqué (Fragaria moschata) et (Fraisier viridis). Le nom générique du Fraisier est dérivé du Latin Fragrams qui signifie parfumé. Le Fraisier des bois possède des feuilles trifoliées, au long pétiole tomenteux. Les différentes folioles sont ovales, grossièrement dentées, portant sur leur face inférieures des poils brillants. Les fleurs blanches à cinq pétales s'ouvrent sur une tige qui est aussi longue que les pétioles des feuilles. Les fruits qui sont un régal délicieux et nourrissant, mûrissent de juin à juillet. Ils contiennent 80 - 90% d'eau, 6% de glucides, 1% de protéines, des acides organiques, des essences, de la cellulose, de la pectine, des tanins et nombre de matières minérales (fer, calcium, phosphore, potassium). Ils sont appréciées pour leur teneur en iode, 100 g de fraises renferment jusqu'à 100 mg de vitamine C, 0,1 mg de vitamine B et lamême quantité de vitamine K.

USAGE :

- Diurétiques, les fraises font baisser la fièvre, stimulent la digestion, régularisent la tension artérielle.

- La présence du fer agit sur l'hématopoïèse.

- La cure de fraises, bien connue, est prescrite en cas de rhumatismes et de maladie de foie. Avec l'approbation du médecin, on peut manger alors jusqu'à 1,5 kg de fraises par jour.

- Les jeunes feuilles ont également des effets curatifs.

RECOLTE :

- Récoltez les fraises quand elles se détachent facilement du calice.

CONSERVATION :

- On peut conserver les fruits au congelateur. Les feuilles et les fruits peuvent être séchés. Les fraises séchées sont un composant des tisanes.

RECETTE :

- On utilise les fraises pour la préparation de confitures, de compotes, de marmelades, de jus, de sirops, de vins et de liqueurs.

ATTENTION :

- Chez certaines personnes, les fraises provoquent des manifectations cutanées allergiques, réactions qu'on élimine en mandu miel et du fromage blanc.

 

Het Witte Elfenheksje

fraisier des bois 1.jpg

Fragaria vesca - Rosaceae

03/10/2010

Valériane - Valérianacée

valériane 3.jpg

La valériane, appelée aussi herbe de Saint-Georges, dégage une odeur parfois incommodante, ce qui n'empêche pas certains parfumeurs d'utiliser son arôme. Les chats sont irrésistiblement attirés par son feuillage car l'odeur que la plante dégage évoque l'odeur des matous. C'est pour cette raison que les sorcières l'appelaient l'herbe-aux-chats. Vivace et rustique la valériane convient aux bordures et massifs. La tige est tubulaire, verte,et parcourue de profonds sillons. Les feuilles sont étroites, d'un vert soutenu, groupées en rosette à la base de la tige ou insérées le long de celle-ci et opposées. Les petites fleurs blanches ou rosées sont réunies à l'extrémité de la tige en inflorescences ombelliformes. La valériane est avant tout un excellent sédatif du système nerveux et un remède pour les crises de nerfs, les spasmes, l'hystérie et les mouvements convulsifs ou les crises d'épilepsie.

USAGE :

- On prescrit la valériane en infusion en cas de commotion, de règles douloureuses et dans tous les cas d'insomnie d'origine nerveuse.

- On pourra s'en servir pour calmer les céphalées nerveuses, les palpitations, les spasmes de l'estomac et les crampes intestinales (Dans tous les cas où la tension et la fragilité nerveuse sont en cause.)

- La décoction est utilisée pour les soins du visage, notamment en cas de boutons d'acné, de démangeaisons et même, d'eczéma.

- Dans le bain, elle est calmante.

RECOLTE :

- Déterrez après deux ans, quand les feuilles sont tombées. Utilisez les racines propres et sèches dans l'année.

CONSERVATION :

- Coupez rhizome et racines, puis mettez au sec dans un lieu sombre.

ATTENTION :

- Ne pas consommer avec des calmants et somnifères chimoques, et jamais durant plus de trois semaines d'affilée. La valériane est très active et pourrait provoquer, à forte dose, hallucinations, maux de tête et tremblements nerveux.

 

Het Witte Elfenheksje

valériane 4.jpg

Valeriana officinalis - Valerianaceae

Ciboulette - Liliacée

ciboulette 1.jpg

La ciboulette appartient à la famille de l'oignon et de l'ail (Allium). Ces espèces, outre leurs utilisations culinaires, sont réputées pour leurs propriétés médicinales. Leurs feuilles contiennent des vitamines A et C en grande quantité, ainsi que des sels minéraux. La variété de la plus commune (Allium schoenoprasum) a de jolies fleurs rouge violacé. Les feuilles sont fines et tubulaires et leur couleur varie du vert moyen au vert sombre. C'est la partie de la plante la plus communément utilisée, elles ont un goût d'ail et poireau qui assaisonne à merveille une grande variété de plats. La fleur est appréciée pour ses qualités décoratives et utilisée dans certains plats exotiques.

USAGE :

- Les feuilles fraîches allègent la digestion. Bénéfique pour la circulation, la ciboulette favorise l'élasticité des vaisseaux sanguins et les préserve d'un vieillissement prématuré.

- Elle aurait le pouvoir de stimuler les fonctions rénales.

Recolte :

- 4 à 6 semaines après le semis et pendant 9 mois si le plant est cultivé en serre ou sous cloche.

CONSERVATION :

- Séchée, la ciboulette perd beaucoup de sa saveur . Pour qu'elle garde sa couleur, faites-là sécher à basse température.

RECETTE :

- Cueillies fraîches, les feuilles hachées menu, conviennent à de nombreuses salades : tomates, concombres, pommes de terre, et agrémentent les oeufs durs.

- On peut préparer des omelettes à la ciboulettes.

- La ciboulette se marie particulièrement bien avec les fromages frais.

 

Het Witte Elfenheksje

ciboulette 2.jpg

Allium schoenoprasum - Liliaceae

30/09/2010

Cousoude - Borraginacées

consoude 1.jpg

Cette plante, aussi localement appelée langue-de-vache, est riche en calcium, potassium et phosphore aide à la cicatrisation des os comme des tissus. Elle possède en effet un taux élevé d'allantoïne, substance qui stimule la reproduction cellulaire. La consoude est une plante herbacée vivace robuste cultivée dans de nombreux pays. Les feuilles d'un vert prononcé, sont rugueuses et velus. Elles sont beaucoup plus riches en protéines que celles des autres plantes. La racine pivotante peut atteindre plusieurs mètres de longueur pour pouvoir chercher en profondeur minéraux et humidité qui nourriront les feuilles et les fleurs. Comme elle ne manque pas d'allure, elle trouve sans mal sa place dans les plates-bandes et les massifs de tout jardin. Ses fleurs en forme de clochettte d'un joli mauve, égaient le printemps.

USAGE :

- La racine s'applique en cataplasme sur les contusions, les bleus et les petites fractures ne nécessitant pas de plâtre.

- En onguent, la consoude soulage les inflammations cutanées, les hémorroïdes (qu'on peut traiter aussi par une infusion de feuilles ajoutée à l'eau du bain).

- Le thé et l'infusion de feuilles séchées soulagent les ulcéres gastriques et les maux de gorge. Mais de récentes études montrent qu'il est dangereux de consommer ces breuvages en trop grandes quantités.

RECOLTE :

- Cueillez les feuilles et les fleurs entre août et septembre, les racines dès octobre-novembre.

CONSERVATION :

- Lavez et faites sécher les racines. Faites sécher les feuilles.

ATTENTION :

- Des tests ont montré que la consoude contient des alcaloïdes. Ces derniers endommagent, à forte dose, le foie. Mieux vaut donc limiter l'usage de la consoude aux embrocations et cataplasme (s'abstenir de l'appliquer sur une bressure ouverte) et ne pas l'absorber ou la consommer pendant de longues périodes.

 

Het Witte Elfenheksje

consoude 2.jpg

Symphytum officinale - Boraginaceae

27/09/2010

Pulmonaire - Borraginacées

pulmonaire 1.jpg

Originaire d'Europe centrale et du Caucase, la pulmonaire -appelée aussi "herbe aux poumons" - est une plante vivace herbacée qui se plaît dans les lieux ombragés et humides. Elle est aussi fréquemment cultivée dans les jardins. Il en existe plusieurs espèces décoratives, comme la pulmonaire "Sissighurst Whitte" aux fleurs blanches. Les fleurs à cinq pétales soudés en forme de clochette sont groupées au sommet des tiges, d'abord roses puis devenant bleu violeacé en s'épanouissant. Les feuilles sont vert sombre ponctuée de taches claires et poilues. Le nom de la plante vient du latin "pulmones", qui signifie "poumons" en allusion à ses feuilles tachetées qui évoquent des poumons malades. Cette plante se révèle bénéfique pour le traitement de la bronchite chronique, des maux de gorges et des mucosités bronchiques. Associée avec le tussilage (Tussilago farfara), elle soigne les toux persistantes, la coqueluche et l'asthme. Autrefois, on la prescrivait pour réduire les crachements de sang dus à la tuberculose.

USAGE :

- Faites une infusion de feuilles séchées avec un peu de miel et buvez-en 3 ou 4 tasses par jour en cas de bronchite, de toux, de maux de gorge et autres affections respiratoires.

RECOLTE :

- Ramassez la plante entière à la fin du printemps et les feuilles selon les besoins.

CONSERVATION :

- Faites sécher la plante entière à l'ombre pour en faire des infusions.

RECETTE :

- Les feuilles de la pulmonaire ont une saveur douce et plaisante qui rapelle celle des feuilles de la grande consoude (Syphytum officinale) ou de la bourrache (Borago officinalis).

- Utilisez les jeunes feuilles dans des salades et les autres cuites et accommodées de différentes manières : vapeur, soupes ou ragoûts.

- Les fleurs décorent joliment les hors-d'oeuvre et les entrées froides.

- La plantes est aussi l'un des ingrédients qui entrent dans la composition du  Vermouth, un apéritif à base de vin aromatisé de plantes amères et toniques.

ATTENTION :

- L'emploi de la pulmonaire est réglementé dans plusieurs pays.

 

Het Witte Elfenheksje

pulmonaire 2.jpg

Pulmonaria officinalis - Boraginaceae

23:44 Écrit par Nadine dans Textes Français | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vermouth, poumons, tuberculose |  Facebook |

25/09/2010

Violette odorante - Violacées

violette  2.jpg

La violette odorante est une petite plante vivace légèrement velue et forme des colonies plus ou moins étendues. La violette odorante a de jolies fleurs parfumées de mars à mai. Elle pousse spontanément dans les taillis, en lisière des forêts, dans les bois frais, sur le bord des chemins ombragés, dans les haies et les pelouses. Les fleurs ont cinq pétales, violet foncé ou blanc, dont les deux supérieurs sont recourbés vers l'arrière. Les feuilles sont arrondies en forme de coeur, un bord dentelé et un long pétiole. Par hybridation, elle a donné naissance à la violette de Parme. Cette petite fleur délicieuse a des vertus émollientes et expectorantes. Les feuilles de violettes sont très riches en provitamine A et en vitamine C. Elles renferment également des sels minéraux et, de même que les fleurs, une importante proportion de mucilage.

USAGE :

- En infusion, la violette peut être fort utile pour soigner les bronchites et les trachéites.

- La violette soulage la toux, l'asthme, les catarrhes, et les infections buccales.

- Le sirop, extrait de ses racines, sert de purgatif aux enfants.

RECOLTE :

- Les fleurs se cueillent de mars à mai. Les feuilles se récoltent presque toute l'année : Cueillez-les sans leur pétiole qui est un peu dur.

CONSERVATION :

- On utilise de préférence les feuilles et les fleurs fraîches. Mais on peut en faire sécher pour les utiliser tout au long de l'année.

RECETTE :

- Les feuilles sont tendres. On peut les manger crues, ajoutées aux salades composées.

- Cuites à la vapeur, hachées et mélangées à une purée de pommes de terre et du fromage râpé - le tout gratiné au four -, les feuilles font un délicieux plat.

- Avec les fleurs, on peut préparer des confitures ainsi que décorer les salades et les plateaux de hors-d'oeuvre, ou parfumer les desserts.

- Confites, elles décorent les petits fours et les chocolats.

ATTENTION :

- A forte dose, la plante peut provoquer des nausées du fait de sa teneur en violine.

 

Het Witte Elfenheksje

violette 4.jpg

Viola odorata - Violaceae

24/09/2010

Coucou "Primevère officinale" - Primulacées

 

coucou 1.jpg

Autrefois assez commun, il a aujourd'hui disparu de nombreuses zones à cause de l'emploi de produits chimiques et de cueillettes excessives. Evitez donc de le cueillir dans la nature. Si vous voulez l'utiliser à des fins culinaires ou médicinales, cultivez-le dans un jardin d'herbes. Le coucou est une jolie plante vivace aux fleurettes jaune vif, en forme de clochettes. Les fleurs parfumées sont groupées en ombelles au sommet d'une longue hampe florale et penchées d'un même côté.La racine du coucou renferme des saponines, qui ont un puissant effet expectorant, on l'utilise pour traiter les bronchites et les toux chroniques très grasses. Elle agirait aussi sur les rhumatismes et serait diurétique. Les fleurs ont des propriétés sédatives, antispamodiques et anti-inflammatoires. Elles sont donc recommandées en cas de surmenage, d'insomnie, d'anxiété,de maux de tête, de spasme nerveux de l'estomac, de constipation, d'asthme et d'allergie. L'huile de coucou ( obtenue en laissant macérer des fleurs, et des racines fraîches pendant plusieurs semaines au soleil dans un bocal bien bouché) soulage les enflures, les ecchymoses et les douleurs.

USAGE :

- Contre les bronchites et les toux grasses, prenez une infusion de racines.

- En cas de surmenage et d'insomnie, faites une tisane avec des fleurs fraîches ou séchées.

- En cas de migraine, appliquez une compresse sur la tête.

- Sur les contusions et les ecchymoses, passez de l'huile de coucou ou un cataplasme de feuilles bouillies encore chaude.

RECOLTE :

- Ramassez les fleurs quand elles s'ouvrent, les feuilles au printemps et en été, et les racines en automne.

CONSERVATION :

- Séchez les fleurs et les racines pour les utiliser en infusions ou autres préparations .

- Les fleurs peuvent être confites.

RECETTE :

- Les jeunes feuilles se mangent crues, ajoutées aux salades composées.

- Les feuilles plus âgées peuvent être cuites en légume ou en soupe.

- Faites confire les fleurs et utilisez-les pour décorer les gâteaux.

- Laissez macérer les fleurs pour en faire de vin de coucou.

ATTENTION :

- Ne pas prendre pendant la grossesse en cas d'allergie à l'aspirine et pendant un traitement anticoagulant.

- A fortes doses, provoque diarrhées et vomissements.

 

Het Witte Elfenheksje

coucou 2.jpg

Primula veris - Primulaceae

22/09/2010

Lierre terrestre - labiacées

lierre terrestre1.jpg

Le lierre terrestre n'a aucun point commun avec le lierre grimpant. C'est une labiacée, il est très répandu dans les sous-bois, les jardins et les vergers, où il pousse à l'abri des branches. Jusqu'au 13ème siècle environ, avant que le houblon ne devienne l'ingrédient universel servant à aromatiser la bière pour lui donner une certaine amertume, l'empêcher de tourner et la clarifier, d'autres plantes dont le lierre terrestre a joué ce rôle. Le lierre terrestre est une vieille plante médicinale dont l'usage se perd dans la nuit des temps tous les anciens auteurs sont en accord pour vanter son efficacité dans les maladies du poumon. Elle a des qualités astringentes, chaudes, âcres et mordantes. La plante était très utilisée par voie externe, en décoction, en cataplasme, pour faire mûrir les abcès, soigner les ulcères et les plaies. Le lierre terrestre est avant tout un remarquable pectoral, stimulant des bronches, et donnerait les meilleurs effets sur les crises d'asthme, les vieilles toux et le catarrhe, avec le suc frais de la plante. Il a également servi à soigner l'atonie gastrique, les affections urinaires et les leucorrhées.

USAGE :

- Les feuilles fraîches seront utilisées en cataplasmes sur les abcès et les furoncles.

- L'infusion et le suc frais exprimé sont recommandés pour soigner les inflammations des muqueuses, du nez et de la gorge, que ce voit en lavage nasal ou en gargarisme.

- On prépare une infusion à raison de deux cuillerées à thé de la plante par tasse d'eau. Infuser 10 minutes et prendre 3 ou 4 tasses par jour. Il est toujours préférable d'ajouter quelques pincées d'anis vert ou une  autre herbe parfumée pour accompagner le lierre terrestre, compte tenu de sa saveur un peu âcre et amère.

RECOLTE :

- Récoltez la plante en fleurs le matin, dès que la rosée est évaporée, et faites-la sécher à l'obscurité sur une toile moustiquaire montée sur un cadre.

CONSERVATION :

- Conservez-la dans un bocal de verre à l'abri de la lumière et de l'humidité.

RECETTE :

- La plante sera d'une grande utilité durant la période caniculaire, car elle est très rafraîchissante, préparez-en une infusion que vous boirez chaude ou froide, avec un peu de miel. Ne vous laissez pas intimider par l'aspect huileux de la boisson, cela tient à la richesse en huile essentielle de la plante.

- Les jeunes feuilles et les fleurs de lierre terrestre se mangent en salade. Ajoutez-les avec modérations, leur arôme prononcé risquant de masquer les saveurs plus délicates des autres verdures.

 

Het Witte Elfenheksje

lierre terrestre 2.jpg

Glechoma hederacea - Labiatae

21/09/2010

Pâquerette - Composées

paquerette 1.jpg

La pâquerette est l'une de nos fleurs les plus connues et les plus communes. Elles poussent en colonies et forment parfois d'immenses tapis durant de longs mois. Son nom scientifique veut dire "beau". C'est une jolie fleur qui est fréquemment cultivée comme plante ornementale. Les inflorescences des pâquerettes sont des fleurs en languettes blanches sur le pourtour et au centre, de minuscules fleurs en tube jaune d'or serrées les unes contre les autres. Les capitules s'ouvrent tôt le matin et ne se referment qu'au crépuscule. Par temps couvert ou pluvieux, ils restent clos. Mais dès qu'un rayon de soleil apparaît, ils s'ouvrent et s'orientent vers la lumière. La pâquerette est reconnue depuis longtemps pour ses nombreuses vertus médicinales. Les feuilles et les capitules contiennent du tanin, des saponines, du mucilage et une huile essentielle. Tous ces composants en font une plante aux propriétés toniques, dépuratives et expectorantes.

USAGE :

- La pâquerette est connue pour ses vertus anti-inflammatoires et anti-ecchymotiques.

- Elle est aussi efficace pour soulager les contusions et les entorses.

- Sa propriété expectorante aide à soigner les toux et les catarrhes.

- Prise en infusion, elle favorise l'élimination des toxines et des déchets organiques.

- Des pâquerettes ajoutées à l'eau du bain procurent une agréable sensation de fraîcheur.

- Actuellement, elle fait l'objet de recherches pour d'autres usages thérapeutiques, notamment dans le traitement du sida.

RECOLTE :

- Les feuilles se récoltent toute l'année et les capitules presque toute l'année, même s'ils sont rares en hivers.

CONSERVATION :

- Les fleurs et les feuilles peuvent se conserver séchées.

RECETTE :

- Les jeunes feuilles fraîches donnent un goût un peu acidulé aux salades. Utilisez-les en petites quantités car elles ont un arrière-goût légèrement âcre et peuvent irriter la gorge.

- Les feuilles cuites font de bonnes soupes et sont délicieuses accompagnées d'une sauce blanche.

- Les capitules décorent joliment les salades.

- On peut aussi en préparer une boisson en laissant fermenter leur infusion sucrée.

 

Het Witte Elfenheksje

paquerette 2.jpg

Bellis perennis - Compositae

18/09/2010

Hamamélis -

hamamelis 1.jpg

Arbuste à feuillage caduc qui fleurit en automne. A l'époque où ses feuilles tombent, de petites fleurs jaunes éclosent. Elles sont suivies de capsules de fruits bruns contenant des graines blanches comestibles. A maturité, elles sont violemment éjectées de leur coque. La traduction d'hamamélis signifie "noisetier de sorcière", car la plante a été associée à la sorcellerie. Ses rameaux fourchus, ressemblant à ceux du noisetier, étaient utilisés comme baguette divinatoire pour trouver l'eau et l'or. Ce petit arbre rustique, aux vertus médicinales, est aussi utilisé en dermatologie pour traiter l'eczéma et les lésions cutanées, notamment les peaux crevassées, brûlées par le soleil, les éruptions et les contusions. C'est aussi un remède efficace dans le traitement des varices, jambes lourdes, couperose, hémorroïdes, fragilité des petits vaisseaux et hémorragies internes et externes. Enfin, il est employé en cas de diarrhées et d'infections des yeux.

USAGE :

- Sur les varices, appliquez 20 ml de teinture d'écorce diluée dans 100 ml d'eau froide.

- Tamponnez les piqûres d'insectes, irritations cutanées et hématomes avec de l'hamamélis distillé.

- Sur les hémorroïdes, mettez de la pommade d'écorce.

- Utilisez une infusion de feuilles en lotion pour soigner les tumeurs et kystes, et en bain d'yeux pour les infections oculaires.

- En usage interne, traite diarrhées et hémorragies.

RECOLTE :

- Ramassez les feuilles en été, les ramilles ou l'écorce au printemps.

- COSERVATION :

- Faites sécher les feuilles à l'ombre. L'écorce peut aussi être séchée.

ATTENTION :

- Ne pas utiliser sans avis médical. La teinture d'écorce ou de feuilles peut provoquer des réactions allergiques. L'essence d'hamamélis peut abîmer la peau.

Het Witte Elfenheksje

hamamelis 2.jpg

Hamamelis virginiana - Hamamelidaceae

17/09/2010

Ficaire - Renonculacées

 

ficaire 2.jpg

 

Les fleurs de la ficaire ressemblent à celles du bouton d'or mais possèdent toutefois davantage de pétales et moins de sépales. Ses feuilles imitent celles du lierre. C'est une plante vivace qui aime les sols frais et riches. Bien qu'elle forme de beaux tapis fleuris, elle est souvent considérée comme une mauvaise herbe dans les jardins où elle occupe le terrain en attendant que d'autres plantes prennent le relais. Ses fleurs se ferment par temps couvert.

USAGES :

- Les feuilles s'utilisent dans des préparations pharmaceutiques comme décongestionnant.

- La ficaire était autrefois réputée pour traiter les verrues.

- Ses boutons floraux, riches en vitamine C étaient consommés pour lutter contre le scorbut, mais sans excès en raison d'une certaine toxicité.

- Toutes les renonculacées sont toxiques, mais une fois séchée la ficaire devient à peu près inoffensive.

- Employée en compresses, à raison d'une décoction de 40 grammes de feuilles par litre d'eau, elle soulage hémorroïdes et varices.

ATTENTION :

- Toutes les renonculacées sont toxique, la ficaire n'échappe pas à la règle qui recèle autant de molécules infréquentables dont la protoanémonine, une substance provoquant de violentes contractions musculaires, des coliques sanglantes, des troubles respiratoire et cardiaques et autres joyeusetés. Je vous conseille donc de ne pas en récolter.

 

Het Witte Elfenheksje

ficaire 1.jpg

Ranunculus ficaria - Renonculaceae

16/09/2010

Pas-d'âne - Composées

pas -d'âne 1.jpg

Le pas-d'âne est fréquemment appelé "tussilage", d'après son nom botanique. Cette plante vivace herbacées forme d'importantes colonies, et pousse spontanément dans les fossés, les haies, les champs cultivés, les friches, en lisière de bois, sur les talus et les bords des routes. Elle fleurit de mars à mai. Les fleurs jaune d'or sont réunies en capitule unique au sommet des tiges. Elles sont suivies par des rosettes de feuilles aux longs pétioles. Les tiges florales dressées, rougeâtres, sont couvertes d'écailles charnues. Le nom scientifique du pas-d'âne vient de Latin "tussis agere, qui signifie "éloigner la toux".

USAGE :

- Associé à d'autres plantes notamment le romarin, le thym et la lavande -sous forme de tabac d'herbe- , le pas-d'âne est particulièrement efficace pour soigner l'asthme, les catarrhes accompagnés de toux et d'enrouement et autres troubles des voies respiratoires.

- Grâce à son effet calmant sur les muqueuses, il se révèle aussi utile en cas de gastrite.

- En application externe, on préconise un mélange de feuilles fraîches écrasées et de miel pour apaiser les irritations cutanées, les blessures et les varices.

- Les feuilles et les fleurs agissent comme anti-inflammatoire et expectorant. Prises en tisanes, elles sont un remède efficace pour soigner les toux, bronchites, laryngites et autres affections des voies respiratoire

RECOLTE :

- Ramassez les fleurs en mars ou avril avant éclosion complète et les feuilles de mai à juillet.

CONSERVATION :

- Faites sécher les feuilles et les fleurs au soleil ou dans une pièce chauffée et bien ventilée. Conservez-les dans un bocal hermétique pour la consommation hivernale.

RECETTE :

- Les fleurs fermentées servent à faire du vin.

- Crues, les tiges et les capitules s'ajoutent aux salades. On peut également les faire revenir à la poêle dans un peu de beurre, ou à l'eau.

- Les très jeunes feuilles se mangent crues avec leur pétiole, mais elles deviennent vite caoutchouteuses. En revanche, elles font un très bon légume, mais elles sont longues à cuire.

- Les racines cuites à l'eau donnent une sorte de sucre d'orge.

- Les feuilles adultes, séchées et brûlées, produisent des cendres qui peuvent servir de substitut au sel.

ATTENTION :

- Ne pas consommer plus de 3 ou 4 semaines. Ne pas donner aux femmes enceintes et aux personnes malades du foie.

 

Het Witte Elfenheksje

pas d'âne 2.jpg

Tussilago farfara - Compositae

14/09/2010

Tanaisie - Composées

tanaisie 2.jpg

Originaire d'Europe la tanaisie est fréquente dans les décombres et sur les remblais. On l'observe également au bord des chemins, sur les rives des cours d'eaux et dans les fourrés. Elle est parfois cultivée dans les jardins comme plante ornementale ou médicinale. Son nom botanique dériverait du Grec " tanaos" qui signifie " grand âge ", probablement parce qu'elle reste fleurie longtemps avant de se faner. La tanaisie est une grande herbacée vivace dégageant une forte odeur balsamique au froissement. La tige ligueuse de la tanaisie, ramifiée dans sa partie supérieure, peut atteindre 1,50 m de hauteur. Les capitules jaunes en forme de bouton sont rassemblés en une inflorescence en ombelle. Les feuilles sont larges, finement divisées et dentées. Elles sont en touffe à la base et alternes le long de la tige qui est rigide et rameuse vers le haut. Traditionnellement utilisée comme plante médicinale la tanaisie contient des huiles essentielles, des principes amers, des résines et des tanins. Toutefois cette plante est toxique si elle est consommée en grande quantité. Depuis des siècles, cette plante est employée pour éliminer les vers intestinaux et pour déclencher les règles. On la prescrivait également en cas de manque d'appétit, de troubles hystériques, de fièvre, de nausées et de jaunisses. Les feuilles écrasées servaient à soigner les contusions et les varices. Elle était également efficace pour se débarrasser des poux, puces et autres parasites.

USAGE :

- Petites recette pour lutter contre les poux.

Vinaigre de lavande

- 100 g de fleurs de lavande

- 50 g de feuilles de menthe

- 50 gr de fleurs de tanaisie

- 200 g de vinaigre

- Faire une décoction et passer le tout dans un tamis.

- Massez le cuir chevelu avec le vinaigre de lavande.

RECOLTE :

- Ramassez les sommités florales en été, à l'éclosion des fleurs, et les feuilles de mai à octobre, au fur et à mesure des besoins.

CONSERVATION :

Couper les tiges de tanaisie et les ficeller en bottes que l'on suspendra dans le grenier ou dans la maison.

RECETTE :

- Quelques jeunes feuilles finement hachées aromatisent agréablement toutes sortes de desserts (gâteaux, crêpes, flans) et aussi des plats salés.

- Elles peuvent servir à parfumer des liqueurs, en les sucrant abondamment, et elles rehaussent le goût des infusions de menthe ou d'autres plantes aromatiques.

- Les feuilles, macérées préalablement dans de l'eau froide pour en ôter leur amertume, servent à préparer une boisson rafraîchissante avec du jus de citron et du miel.

ATTENTION :

- A n'utiliser que sous contrôle médical. Ne pas prendre pendant la grossesse. Dans certains pays, l'usage de la tanaisie, et en particulier de son huile essentielle, est contrôlé.

- A forte dose, la tanaisie est dangereuse car elle peut causer des convultions et des empoisonnements.

Het Witte Elfenheksje

tanaisie 3.jpg

Tanacetum vulgare - Compositae

12/09/2010

Capucine - Tropaeolaceae

capucine.jpg

Originaire du Pérou la capucine est une plante annuelle et rustique qui se propage rapidement. Elle embellit le jardin de ses couleurs vives et panachées. Son nom scientifique, "Tropaeolum majus", a des origines grecques et vient de "trophée". La famille des capucines se compose d'annuelles grimpantes ou de naines vivaces qui conviennent bien à la culture en plate-bande ou en bac. Les fleurs ont cinq pétales de couleur jaune, rouge ou orange vif, parfois crème. Les feuilles, rondes et larges, ont des bords ondulées et un long pédoncule décentré. La tige, lisse, est excellente à manger. Les graines encore vertes pourront être marinées comme des câpres. La capucine a une action tonifiante sur l'organisme et est censée être aphrodisiaque. On la prescrit pour lutter contre certaines infections respiratoires, urinaires ou génitales. Ses feuilles sont riches en vitamine C et, mangées en salade, elles préserveraient des rhumes, grippes et autres maladies de l'hiver.

USAGE :

- L'infusion de capucine soulage les troubles respiratoires.

- Antiseptique et diurétique, elle régule la miction et traite certains troubles urinaires.

- La capucine contient un principe actif qui, en contact avec l'eau, agit comme un antibiotique.

- En usage externe, elle traite irritations cutanées et contusions.

RECOLTE :

- Cueillez fleurs et feuilles en été et utilisez sans tarder. On peut aussi consommer le jus de la capucine.

RECETTE :

- Ses fleurs colorées embellissent les salades d'été, auxquelles ses feuilles au goût poivré donnent du piquant.

- Hachées menu, elles accompagnent bien le fromage frais.

- Les boutons floraux et les graines donneront une agréable saveur au vinaigre.

 

Het Witte Elfenheksje

capucine 2.jpg

Tropaeolum majus - Tropaeolaceae

10/09/2010

Bourrache - Borraginacées

 

bourrache 2.jpg

bernagie.jpg

Cette plante est réputée procurer du courage à ceux qui la consomment, en même temps qu'une bonne dose de bonheur. Dans les temps médiévaux, la bourrache ornait les étriers des croisés partant à Jérusalem. Elle pousse dans les terres cultivées, les jardins et les champs. Les feuilles ovales, un peu lancéolées, sont couvertes de poils raides. Quand on les froisse, elles ont un goût de concombre. Les fleurs, d'un très joli bleu vif, sont comestibles ; Elles ont servi de modèles pour décorer tapisseries et livres d'heures au Moyen Age. Aussi utilitaire que décorative, cette plante ornera avec goût votre jardin. Les fleurs et les jeunes feuilles de la bourrache sont comestibles. Elles contiennent essentiellement des mucilages (jusqu'à 30%) des résines, de l'acide malique et citrique, des tanins, des saponines, du pigment anthocyane et des minéraux (potassium, calcium, manganèse). La vitamine C est présente dans les feuilles fraîches (jusqu'à 20 mg par 100 g de feuilles). De récentes recherches ont montré l'utilité de la plante dans le traitement de néphrites aiguës avec oedème et comme béchique (antitussif) et adoucissant dans toutes les inflammations des voies respiratoires, ainsi que comme sudorifique dans les grippes et certaines fièvres éruptives (rougeole, variole, scarlatine).

USAGE :

- Les feuilles s'utilisent en cataplasme pour soulager bleus et contusions.

- L'infusion de fleurs s'obtient avec une cuillèrée à café par tasse, à raison de trois tasses par jours au minimum. Cette infusion doit être passée au travers d'un linge fin pour éliminer les poils irritants.

- On obtient une exellente tisane aux propriétés exaltées, en cas de bronchite, grippe, pneumonie, en alliant à la bourrache, de la camomille, du coquelicot, du romarin et du fumeterre. Sucrer avec un bon miel blanc.

RECOLTE :

- Cueillez les feuilles entre le printemps et l'été, au moment de la floraison. Cueillez les fleurs dès qu'elles s'ouvrent.

CONSERVATION :

- Une fois cueillie, la bourrache perd rapidement ses qualités. Séchez les feuilles et les fleurs.

RECETTE :

- On utilise les feuilles fraîches, finement hachées pour aromatiser les salades de tomates, de pommes de terre et de concombre.

- Les jeunes feuilles parfument les boissons fraîches à la menthe ou cocktails.

- On fait revenir les jeunes feuilles au beurre et les oignons comme des épinards ou pour farcir des pâtisseries salées et des raviolis.

- On utilise les fleurs pour décorer les potages de fruits, les salades, les desserts et les coupes. On les fait confire, on en parfume le vinaigre.

ATTENTION :

- L'utilisation de cette plante présente des risques d'irritation cutanée et d'allergie. Toutes les variétés de bourrache utilisées à des fins médicinales sont susceptibles d'endommager le foie et sont interdites dans certains pays.

Het Witte Elfenheksje

bourrache 2.jpg

Borago officinalis - Boraginaceae

Souci - Composées

pissenlit 1.jpg

Souvent cultivée pour ses belles couleurs que pour ses utilisations pratiques, cette plante décorative fleurit presque en permanence. Les fleurs orangées, d'un diamètre de 5 à 7 cm, ont des pétales qui rappellent la marguerite. La feuille est odorante, oblongue et d'un vert moyen. On l'utilise parfois dans les salades. Les Romains, persuadés que le souci fleurissait au début de chaque mois, l'on baptisé " Calandula", mot Latin signifiant calendrier. Il s'utilise en cuisine et en  médecine douce. Les médecins militaires l'ont utilisé à diverses époques pour combattre les infections et nettoyer les blessures sur les champs de bataille.

USAGE :

- On l'utilise sous forme d'onguent, de teinture et de préparation homéopathique.

- Un bain oculaire de souci repose les yeux fatigués ou irrités.

- Par voie interne, il calme certaines irritations intestinales.

- Il tend a réduire les bleus et a calmer les démangeaisons dues à certaines mycoses.

- On peut faire des infusions, avec les pétales de souci séchés et des teintures qu'on peut utiliser comme aromate ou comme colorant en cuisine.

RECOLTE :

- Cueillez les fleurs en début de matinée avant qu'elles s'ouvrent complètement entre juillet et octobre.

CONSERVATION :

- Effeuillez les fleurs et faites sécher les pétales à l'abri.

RECETTE :

- Les feuilles s'ajoutent aux viandes mijotées et aux salades.

- Les pétales, pulvérisés, colorent le riz à la manière du safran.

- Utilisez les pétales entiers dans des salades ou en garniture, ou hachés avec des oeufs, des purées de légumes, dans des soupes ou des sauces.

- Dans certaines régions de France, les jeunes boutons de souci sont confis au vinaigre.

ATTENTION :

- Il ne faut pas confondre le souci des jardins (Calendula officinalis) avec le souci des champs (Calendula arventis), la renoncule des marais, légèrement toxique, l'oeillet d'Inde ou la rose d'Inde.

- La femme enceinte ou qui allaite s'abstiendra de l'utiliser par voie interne.

Het Witte Elfenheksje

soucis 2.jpg

Calendula officinalis - Compositae

06/09/2010

Pissenlit - Composées

 

pissenlit 1.jpg

 

Le pissenlit est la salade sauvage la plus connue et l'une des meilleures. Le nom populaire de cette plante est du à ses propriétés diurétiques. La plantes entière est un tonique amer aux vertus dépuratives, cholagogues, stomachiques et laxatives. Dans la médecine populaire, on en faisait aussi des emplâtres et des compresses pour soigner l'eczéma et d'autres dermatoses. Les feuilles sont riches en protéines, en provitamine A et en vitamine C. Elles contiennent également des vitamines B1, B2, E et divers sels minéraux. La racine renferme du tanin, de l'inuline, un principe amer et du caoutchouc. Les feuilles sont radicales, longues, découpées en dent de scie. Les grandes fleurs jaunes d'or terminales, solitaires, portées sur une hampe de 10 à 30 cm de mai à septembre. La racine est longue et pivotante de la grosseur d'un doigt, brun rougeâtre à l'extérieur, blanche et laiteuse à l'intérieur. Les fruits sont des akènes oblongs, striés et surmontés d'une aigrette plumeuse permettant l'envol et la diffusion à grandes distances.

USAGE :

- Les feuilles et les racines, employées en infusion et en décoction, sont considérées comme un puissant tonique amer, diurétique, cholagogue et dépuratif.

- l'infusion se prépare avec les feuilles, fraîches ou sèchent, à la dose de 30 à 60 grammes par litre d'eau.

- Pour faire la décoction, ce sont les racines hachées finement que l'on utilise, à raison de 50 à 60 grammes par litre d'eau. On laisse bouillir quelques minutes. L'infusion, comme la décoction, est à pendre dans le courant de la journée . Trois à six tasses, sucrées au miel de romarin.

- Comme dépuratif du sang, on obtient des résultats remaquables quand il s'agit de faire disparaître certains eczémas, furoncles, dartres et autres disgracieux ennuis épidermiques.

- On emploiera le pissenlit avec succès contre la jaunisse, les divers troubles du fois et de la vésiule, les troubles circulatoires, la constipation, le manque d'appétit, l'artériosclérose, le diabète, les maux d'estomac, la goutte, les rhumatismes et la paresse rénale.

- Les fleurs débarrassent les voies respiratoires des mucosités.

RECOLTE :

- Les feuilles se cueillent presque toute l'année, mais elles sont souvent plus tendres et moins amères au début du printemps.

- Les boutons floreaux et les fleurs se ramassent au printemps et en été.

- Récoltez les racines en automne.

CONSERVATION :

- Les feuilles et les racines peuvent être séchées. Le boutons floraux se conservent dans du vinaigre.

RECETTE :

- En cuisine, on utilise surtout les jeunes feuilles du pissenlit. Plus elles sont jeunes, plus elles sont savoureuses et tendres. Les feuilles blanchies et décolorées ont meilleur goût, car elles ont perdu leur amertume. On les mange en salade ou on les ajoute, en petite quantité, dans les sauces ou les potages aux herbes printanières.

- Les racines du pissenlit se mangent bouillies, comme légume.

- Avec les fleurs, on prépare des sirops et des vins.

Het Witte Elfenheksje

pissenlit 2.jpg

pissenlit 3.jpg

Taraxacum officinale - Compositae

02/09/2010

Coquelicot

 

coquelicot 1.jpg

Proche parent du pavot à opium, le coquelicot est l'hôte habituel des champs de céréales.  Les racines sont grêles, pivotantes et fibreuses. Les feuilles alternes sont  découpées en lanière, velues et dentées. Les grandes fleurs terminales et solitaires sont rouge vif avec une tache noire à la base des pétales. A l'état frais, la fleur du coquelicot exhale une odeur vireuse d'opium, bien caractéristique, si on la froisse. Si l'on incise les petites capsules , elles secrètent un suc blanc, laiteux, qui se concrète exactement comme l'opium. Ce latex ne renferme que quatre alcaloîdes qui sont différents de ceux du pavot, ainsi qu'un mucilage et des anthocianes. Cette plante est sans doute l'un des meilleurs remèdes contre l'insomnie et les différents troubles du sommeil. Son efficacité est attestée contre le nervosisme, le catarrhe pulmonaire, l'asthme, la coqueluche et toutes les toux quinteuses.

USAGE :

- Comme pectoral, les fleurs s'utilisent en sirop ou en infusion (trois ou quatre pincées de pétales par tasse) pour calter la toux et supprimer les spasmes, tout en favorisant l'expectoration.

-Le pouvoir sudorifique et adoucissant de la plante est précieux dans toutes les affections de voies respiratoires. En mélange avec des fleurs de bouillon-blanc, de mauve, de violette, de tussilage et quelques pincées d'anis vert pour aromatiser, on obtient une tisane pectorale des plus efficaces.

- Pour l'insomnie, on utilisera de préférence les capsules sèches, cueillies encore jaune verdâtre, c'est-à-dire avant la dessiccation complète, en décoction, à raison de huit à dix par demi-litre d'eau. On évitera de donner cette tisane aux enfants en-dessous de huit ans.

RECOLTE :

- Les pétales et les capsules sont récoltés pendant la floraison de mai à juillet.

CONSERVATION :

- Etalez les pétales en fines couches et laissez-les sécher. Les garder dans un récipient au sec.

ATTENTION :

- Se tenir aux doses prescrite, car il peut y avoir des risques d'intoxication ou d'empoisonnement. -Les sujets qui présentent une allergie aux médecines opiacées se garderont d'utiliser le coquelicot.


Het Witte Elfenhekje

coquelicot 2.jpg

  Papaver rhoeas - Papaveraceae

22:36 Écrit par Nadine dans Textes Français | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |